Enquête exclusive :

les français veulent contribuer à un Monde meilleur en travaillant

Cette enquête a été réalisée en ligne auprès d’un panel de notre partenaire Opinea. 

1010 répondants représentatifs de la France métropolitaine. Terrain en juin 2017

 

Pour participer à la transformation positive du Monde, de nombreuses idées circulent chez les français au travail, quelques thèmes reviennent souvent :

Le changement de comportement du consommateur (37%)
Plus d’équité économique et mondiale (23%)
L’information, l’éducation et la transparence (12%)
Des produits plus durables (5%)

Mais pour 17% d’entre eux la partie est perdue !

Titanic

Deux extraits des verbatim recueillis dans notre enquête résument la situation :

« Honnêtement, je ne suis même pas sûre qu’une soudaine prise de conscience des dirigeants de ce monde (multinationales, lobbies et politiques), et qu’un brusque changement de cap, change quelque chose. Je crains que, le temps de réussir à n’utiliser que des énergies renouvelables, arrêter de manger des produits animaux, modifier notre mode de production pour passer à la permaculture, etc., notre planète soit déjà perdue. De plus, cette transition drastique en mécontenterait plus d’un, sans compter le fait que les peuples de la planète entière ne pourront pas forcément suivre ce mouvement. Bref : notre espèce s’éteindra dans 50 à 100 ans, quoi qu’on fasse, et c’est tant mieux. La planète sera libre. »

« Chaque année l’homme consomme un peu plus vite ce que la planète est capable de produire en 1 an, l’année dernière c’était en Août le jour du dépassement, et dans 20 ans ? Nous sommes trop nombreux, trop nombreux à donner plus de valeur à la monnaie qu’à la santé de la planète ; tant que l’herbe est verte chez nous, on ne se soucie de rien et on agira quand ce sera trop tard. Il faut faire diminuer les populations dans le monde, mette à disposition la contraception aux pays du tiers monde, cesser l’immigration qui appauvrit les pays qui sont concernés par ces départs, et les aider chez eux. Stopper l’utilisation de ressources énergétique fossiles le plus rapidement possible et passer à l’électrique sans plus attendre en alignant le prix des véhicules thermiques et électriques, citoyens comme agriculteurs ou professionnels nous sommes tous concernés. La fin du monde beaucoup de monde la verront dans leur miroir quand ils se rendront comptent que ce n’était pas à leurs voisins d’agir à leur place mais que c’était leur responsabilité. Voilà un siècle que l’homme a programmé sa propre fin, mais l’économie respire encore grâce au CO2. Allons nous finir noyés ou brûlés ? La Chine va montrer l’exemple en créant la première ville forêt d’ici 2020, c’est une excellente idée. »

En conclusion :
Finalement, il faudrait que l’Humanité prenne conscience de sa capacité à changer son système de valeur. L’Humanité est constituée de 7,5 milliards de consommateurs – plus ou moins informés sur ces enjeux … et c’est à eux de réagir brusquement et maintenant.

Aujourd’hui la référence universelle dans les échanges économiques est le prix de vente.

Et si la référence devenait le prix GLOBAL du produit ou du service ? A savoir le prix de revient équitable plus le prix environnemental, social et l’utilité du produit pour l’Humanité.

Utopie ? Qui serait habilité à fixer ce prix universel ?

Pourquoi pas le marché lui-même ? Comme il l’a fait jusqu’à présent pour le prix de vente purement marchand ?

En fait, le consommateur, qui serait informé, comparerait les produits et la sincérité des communicants sur la base de cette VALEUR UNIVERSELLE. 

Ainsi, chaque consommateur, et chaque agent économique, pourrait imposer à l’économie de marché un changement radical de la hiérarchie des produits vertueux et des produits néfastes.

Un concept de la transparence globale bien plus révolutionnaire pour la Planète que le jeu actuel du prix de vente le plus bas possible accompagné de la communication la plus démagogique.

Notre institut choisit d’aider les organisations qui veulent faire partie de ce mouvement de la dernière chance et devenir leader dans ce nouvel ordre économique.

Rencontrons-nous pour imaginer comment faire en cliquant ici